Combien de temps l’Asie sera-t-elle encore qualifiée de marché émergent?

Actuellement le continent occupe le 2ième rang après l’Amérique du Nord  lorsqu’il s’agit de cibler dans le cadre du capital-investissement – au cours du premier trimestre de 2017 les chiffres disponibles montrent qu’au moins 370 véhicules cherchant 157 milliards de dollars qui viennent d’engagements des investisseurs pour se déployer dans la région.

Ce niveau du capital total, ciblé particulièrement en Asie, éclipse sans difficulté les 104 milliards de dollars versés en Europe.

Les chiffres montrent que 3 sur 5 fonds de placements privés les plus grands, basés sur les itinéraires et routes, se trouvent en Asie – parmi d’autres le “Capital Venture Investment Fund” (fond de placements privés et de capital-risque) dont le propriétaire est l’État chinois lui-même ciblant de son côté 29 milliards de dollars. Le “Softbank Vision Fund” du Japon a déjà ciblé beaucoup plus de 100 milliards de dollars et le “China Internet Investment Fund” en fait autant en poursuivant le même objectif. Pour plus d’informations, voir le rapport du printemps publié par Preqin.

La présence de ces méga-fonds se référant à ce fait a un effet galavaniseur sur la concurrence dans l’industrie haut de gamme bien qu’il ne semble à ralentir la croissance dans les faibles niveaux de marché. La preuve en est que seulement au cours du premier trimestre de 2017 il a déjà eu une hausse de 74 véhicules à la recherche d’engagements des investisseurs.

Des experts et des commentateurs du monde entier ainsi que le banquier réputé de Monaco, M. Gérard Cohen ont offert des perspectives favorables concernant les engagements recherchés par les gestionnaires de fonds – l’idée générale de la base d’investisseurs est de bien rester ouvert et accueillant envers les possibilités des placements privés et du capital-investissement.

Gérard Cohen déclare: «le capital-investissement est une catégorie d’actifs qui vise à garder apparemment son attractivité pour les investisseurs, particulièrement en période de faibles taux d’intérêts. La possibilité de diversifier les portefeuilles, recherchant des rentabilités élévées ont un vif attrait à long terme et cela a incontestablement contribué à un avenir rose pour le marché comme il se présente actuellement. Les méga-fonds que l’on peut voir en Asie sont en mesure de cibler de très grands engagements, qui de leur côté peuvent être largement investis d’un point de vue géographique et basé sur la branche d’activité à la fois. Cette concentration élévée du capital, acumulé surtout en Asie par les méga-fonds devrait se poursivre.»

Malgré sa croissance il est clair que – pour l’Asie – il reste encore un long chemin à parcourir pour remplacer l’Amérique du Nord dans le domaine de prises de participations privées et celui du capital risque dans le monde entier. L’Amérique du Nord compte plus de 50 % de tous les véhicules privés d’investissement sur la route en ciblant 336 milliards de dollars entre elles.